• Suivez-nous :

accueil
Loire-Atlantique > Les anti-aéroport sont toujours très déterminés
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Loire-Atlantique - 24-01-2014 - Christian Evon

Les anti-aéroport sont toujours très déterminés

NOTRE-DAME-DES-LANDES

Les composantes de la lutte anti-aéroport à Notre-Dame-des-Landes veulent frapper fort, le samedi 22  février, pour la grande manifestation qu'elles organisent à Nantes.

Pour Julien Durand (2e en partant de la gauche), “la réaction citoyenne et populaire est prête à s'enclencher. Il n'y a jamais eu autant de préparation pour un événement organisé par nos soins”.

Pour Julien Durand (2e en partant de la gauche), “la réaction citoyenne et populaire est prête à s'enclencher. Il n'y a jamais eu autant de préparation pour un événement organisé par nos soins”.


Tous les chiffres de participation pourraient être battus. A un mois du premier tour des élections municipales, Notre-Dame-des-Landes fera encore une fois la une des médias nationaux. “Samedi dernier, 200 personnes venues de toute la France étaient réunies à Fay-de-Bretagne, pour l'assemblée générale des comités de soutien”explique le porte-parole de l'Acipa, Julien Durand. “Elles sont aussi très mobilisées et prêtes à relayer dans toute la France nos actions.”

“On a décidé de ne pas attendre le calendrier des aménageurs et montrer que nous aussi, on peut poser des moments forts” lance un zadiste, lunettes de soleil sur le nez, qui préfère garder l'anonymat. “On est très déterminés sur le terrain et si les forces de l'ordre viennent, on leur souhaite bien du courage !” Entre les zadistes et la coordination des opposants, les liens se sont resserrés : il y a un va-et-vient permanent d'échanges d'informations, ce qui les renforce pour l'avenir.


Jamais autant d'habitants sur la zone


“On n'a rien gagné aujourd'hui et on veut garder notre énergie pour plus tard. On doit donc garder les nerfs solides et être prêts à intervenir quand on décidera que ce que font les aménageurs a atteint un caractère d'irréversibilité, comme par exemple creuser une mare ou commencer les défrichages” poursuit Julien Durand. Quand les aménageurs reviendront sur le terrain pour démarrer les travaux, la réaction sera immédiate, ici et ailleurs. “Les comités locaux sont autonomes et chacun sait ce qu'il aura à faire : on peut bloquer les lieux de pouvoir et empêcher les gens de circuler.”


Depuis le départ en avril dernier des gardes mobiles, la vie a repris son cours normal et des projets fleurissent. Les opposants disent qu'il n'y a jamais eu autant d'habitants sur la Zad (200). “Vingt projets agricoles ont vu le jour sur la zone et un autre en grandes cultures devrait aboutir. Occupée par les paysans du Copain (1), la ferme de Bellevue fonctionne et ses occupants vendent leurs produits en direct chaque vendredi” lance une jeune zadiste. Les agriculteurs sont toujours très investis dans la lutte, à l'image des membres du Copain. “En novembre 2012, 400 tracteurs étaient venus pour la manifestation de réoccupation. On espère faire encore mieux le 22 février” note Jean-Louis, un paysan membre du collectif.


Bientôt des recours sur le fond 


Sur le fond du dossier, des recours juridiques contestant les arrêtés préfectoraux devraient être déposés au tribunal administratif début février. “En fonction de l'urgence, un arrêté suspensif peut aussi être activé” lance Julien Durand. “Notre priorité, c'est maintenant la cour d'appel administrative. Et au niveau européen, la commission des pétitions a été réactivée. On saisira sans doute la Cour de Justice européenne pour manquement au droit européen.”


“Il ne s'agit pas du déplacement d'espèces protégées, mais bien de destruction” poursuit Julien Durand. “L'Etat et AGO-Vinci ont fait de leur aéroport la vitrine HQE (haute qualité environnementale) : c'est pourquoi on n'a pas le droit de lâcher car l'Etat s'est mis hors la loi. Le tract qui appelle à la manifestation est explicite : “Ni travaux, ni expulsions”. “Il y a encore sept exploitations agricoles en expropriation ainsi qu'une vingtaine de maisons habitées” conclut Julien Durand.


Christian Evon



(1) : Collectif des organisations professionnelles agricoles indignées par le projet d'aéroport.




Signaler un abus

Catégories : Foncier

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services