• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Europe > Les limites de l'Allemagne
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Europe - 24-01-2014 - Frédéric Gérard

Les limites de l'Allemagne

EVENEMENT/ / Le poumon du nord vire au vert

Stimuler par des politiques libérales sans garde-fous, l’élevage subit un retour de balancier avec l’élection des Verts. Notamment dans les régions moteurs du nord-ouest du pays.

Avec 30% de la production porcine allemande (4,4 millions de porcs engraissés), 50% de la volaille et 45% de la production d’aliments d’élevage, la Basse-Saxe illustre bien l’écart entre le modèle promu depuis 15 ans et la vision de nouveaux dirigeants: Die Grünen.

Avec 30% de la production porcine allemande (4,4 millions de porcs engraissés), 50% de la volaille et 45% de la production d’aliments d’élevage, la Basse-Saxe illustre bien l’écart entre le modèle promu depuis 15 ans et la vision de nouveaux dirigeants: Die Grünen.


Outre-Rhin, le bon état sanitaire des eaux ne sera pas atteint en 2015. “Selon les experts allemands, 25 % des eaux souterraines devraient encore être en mauvais état chimique, informe Christine Roguet, du pôle économique de l’Ifip. En moyenne sur 2008-2010, 40 % des points de mesure ont vu leur taux de nitrates augmenter par rapport à 2004-2006”. La Commission européenne presse donc Berlin de durcir son application de la directive Nitrates. L’an dernier, Bruxelles a déjà retiré sa dérogation à 230 kg/ha pour les bovins à l’herbe.


“Fin de la croissance”


Les éleveurs allemands vont être confrontés aux mêmes obligations dont se plaignent déjà leurs homologues français : réduction des périodes d’épandage, augmentation des capacités de stockage, etc. Des sujets longtemps mis de côté qui trouvent aujourd’hui plus d’écho avec cinq Länder dont les ministres de l’Agriculture appartiennent au parti Les Verts. “Le durcissement des réglementations va probablement sonner la fin de la croissance des productions animales en Allemagne, du moins dans le nord-ouest”, prédit Christine Roguet. Les politiques tendent à plafonner la taille des élevages, à leur imposer un lien au sol, mais aussi, à donner plus de pouvoir de décisions aux communes concernées. Soit un changement radical d’orientation économique, particulièrement dans le nord-ouest, où les libéraux laissaient jusqu’ici toute liberté au développement économique.


Plus de 1 000 porcs


Dans cette partie du pays, la quantité de porcs élevés à l’année a augmenté de 1,5 million en cinq ans. Les Länder de Basse-Saxe et de Rhénanie-du-nord-Westphalie ont ainsi augmenté leurs places d’engraissement de 35 % en 12 ans, le Schelswig-Holstein de 30 %. Dans certaines zones, la concentration dépasse les 1 000 porcs/km2. Le “débat de société” sur l’environnement tant envié par les professionnels français tourne court ; l’acceptabilité semble avoir atteint ses limites.


La filière allemande a, en outre, des volumes d’effluents si importants à gérer qu’ils plombent sa compétitivité. “Les éleveurs sont encouragés à adapter leurs systèmes, avec une alimentation multiphase, la séparation de phase avec exportation d’une partie du lisier, etc. “ A cela, s’ajoute le financement d’essais visant à transporter les excédents de lisiers par péniche vers les Länder à faible densité d’élevage : ”Le coût est très élevé,souligne l’économiste de l’Ifip. 15€/m3 de lisier pour le transport par bateau, auxquels il faut ajouter les problèmes techniques non résolus de décantation du lisier dans le bateau."


N et P : 35 000 tonnes importées


Les volumes sont d’autant plus importants que l’Allemagne reçoit des effluents des Pays-Bas : 1,7 million de tonnes, en 2012, en forte augmentation. Ce qui représente 21 000 tonnes d’azote et 15 000 tonnes de phosphore, et nécessite de consacrer l’équivalent de 5 % des terres de Basse-Saxe à leur épandage. Ce Land détient 15 % de la SAU nationale mais concentre déjà à lui seul 30 % des porcs, 50 % de la volaille, et 45 % de la production d’aliments. Cette pression conduit à une flambée du prix des terres. Les pouvoirs publics mènent un travail de coordination avec les Länder de l’est : les terres y sont plus disponibles, et le prix plus attractif. Mais là encore, la situation change.


Frédéric Gérard



Signaler un abus

Catégories : Porcs Viande

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services