• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > Leur pâté au miel s’arrache comme des petits pains
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 24-01-2014 - Rémi Hagel

Leur pâté au miel s’arrache comme des petits pains

ENTREPRISE

Les jeunes du BTS STA du lycée agricole de Laval ont créé une entreprise éphémère : ils ont inventé une gamme de produits à base de miel, qu'ils commercialisent.

A découvrir sur les marchés mayennais, jus de pomme au miel ou con ture à la clémentine, quatreépices et miel.

A découvrir sur les marchés mayennais, jus de pomme au miel ou con ture à la clémentine, quatreépices et miel.


Saveurs sucrées propose une gamme de produits à base de miel, sous la marque Miélice. Cette entreprise pas comme les autres vend des produits innovants : du jus de pomme au miel, des madeleines au miel/pamplemousse ou encore du pâté de porc au miel, qui a eu la cote sur les marchés de Noël.

Pas comme les autres, cette Scop est constituée d'élèves en première année de BTS STA (Sciences et techniques des aliments). Ils participent au concours Envie d'entreprendre porté par le conseil régional. Le but est de former ces jeunes, et rien de tel que de mettre les mains dans le cambouis, ou le miel, pour apprendre. Il a fallu réfléchir à la structure de l'entreprise, puis réaliser des études de marché, établir les prix et, bien sûr, créer les produits. L'an dernier, leurs aînés avaient créé une gamme à base de pommes. Cette fois, c'est le miel du lycée qui a été choisi : “Il est produit sur place, cela réduit les coûts de transports” explique le président Matthieu Artis. Chaque étudiant apporte sa pierre à l'entreprise, en fonction de ses compétences. Ceci est facilité par leurs parcours divers : certains ont étudié l'aménagement, d'autres les productions animales, la médecine, ils viennent de BTS, d'IUT, ou de bac S, etc.


Renoncements

L'apprentissage passe aussi par des renoncements : “On a arrêté le mini-cookie aux légumes parce qu'il n'était pas aussi bon qu'espéré” témoigne Pauline Matran, la vice-présidente de la Scop. Les étudiants ont aussi réalisé que la DLC (date limite de consommation) trop courte des cookies (quatre jours) limite les possibilités. Ils ont rebondi en inventant une confiture à la clémentine, quatre-épices et miel, qui séduit les consommateurs.

Les jeunes ont dû agir vite, pour être prêts avant les marchés de Noël. Pour la suite de l'année, ils réfléchissent à de nouveaux canaux de commercialisation, en particulier les marchés hebdomadaires.


A mi-parcours, ils ont déjà l'impression d'avoir beaucoup appris. Unanimement, ils disent avoir mesuré l'importance de l’organisation du groupe. “Une entreprise, si ce n'est pas organisé, on est perdu.”

Les bénéfices réalisés participeront au financement de leur voyage de fin d'études.


Rémi Hagel


Signaler un abus

Catégories : formation

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services