• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > A la Scic Bois énergie, “on cherche du bois agricole”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 10-01-2014 - Rémi Hagel

A la Scic Bois énergie, “on cherche du bois agricole”

ENERGIE

Emmanuel Lelièvre est gérant de la Scic Mayenne Bois énergie. Les chaufferies à bois déchiqueté se développent. Pour 24 d'entre elles, la Scic coordonne l'approvisionnement en bois, notamment agricole.

La Scic recherche des agriculteurs fournisseurs sur les secteurs de Craon, Château-Gontier, Mayenne, Port-Brillet, explique Emmanuel Lelièvre.

La Scic recherche des agriculteurs fournisseurs sur les secteurs de Craon, Château-Gontier, Mayenne, Port-Brillet, explique Emmanuel Lelièvre.


La Scic Mayenne Bois énergie est devenue une structure départementale en juillet 2012, étendant son action sur le sud du département. “On continue notre développement” affirme Emmanuel Lelièvre. L'an dernier, 2 000 t de bois sec et 300 t de bois humide ont approvisionné 20 chaufferies. Pour cette saison 2013-2014, la Scic prévoit de commercialiser 3 000  t de bois sec et 700 t de bois humide, pour 24 chaufferies. Les nouvelles chaufferies alimentées depuis cette année sont la maison de retraite de Gorron, le lycée agricole de Laval, le centre périscolaire de Craon, la mairie de Fougerolles-du-Plessis et prochainement la piscine de Château-Gontier.


Le positionnement de la Scic demande un équilibre délicat entre les besoins d'une nouvelle chaufferie (le type de bois) et la capacité à l'approvisionner. Certaines, comme celle de Gorron, ne tolèrent que du bois industriel. D'autres, comme l'hôpital de Mayenne, que du bois agricole humide : ce bois va directement du champ de l'agriculteur où il est déchiqueté au silo de la chaufferie. “Pour chaque nouvelle chaufferie, on structure l'offre autour de celle-ci, en travaillant dans la plupart des cas avec des fournisseurs locaux (par exemple Alain Tessier et Fagus énergie dans le sud du département, ou encore le Bema -1-)” explique Emmanuel Lelièvre.


Payé 52 €/tonne


Les projets de chaufferie se traitent sur le long terme. A la vue des développements à venir, Emmanuel Lelièvre assure : “On a des débouchés, on peut espérer des clients en plus. Aujourd'hui, on cherche plus de bois agricole.” L'annonce est faite en prévision de l'année prochaine. Cela porterait sur les secteurs de Craon, Château-Gontier, Mayenne, Port-Brillet. Jusqu'alors, le bois était payé 47 €/t (un an après livraison). Il passe à 52 €/t (un an après livraison). Aujourd'hui, la Scic travaille avec une soixantaine d'agriculteurs fournisseurs de bois.


La coopérative fonctionne avec quatre plateformes couvertes et trois en extérieur (avec des bâches). Elle cherche à en créer dans le Sud-Mayenne. Une réflexion est en cours avec la Cuma de l'Europe (Ampoigné). Il ne s'agit pas que d'un hangar de stockage, cela s'accompagne d'un pont-bascule, d'un télescopique, d'une organisation de la logistique.


La Scic distribue aujourd'hui 40 % de bois agricole, sa principale source d'approvisionnement. Le bois industriel, le bois forestier et le bois d'insertion (2) représentent 20 % chacun. “Dans tous les cas, ce sont les mêmes valeurs qui nous animent : un bois issu d'une gestion durable qu'il soit bocager ou forestier, un bois avec une dimension sociale et le tout dans une démarche qualité.”


Rémi Hagel


(1) Bois-énergie Maine Atlantique (scieries des Pays-de-la-Loire).

(2) Entretien de bois forestier ou de bords de rivière réalisé par des salariés en réinsertion à Copainville et Etudes et chantiers.

(3) Contacts : Emmanuel Lelièvre au 06 33 85 53 17 ou Karine Amelot (Scic) au 02 43 08 35 60.



Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services