• Suivez-nous :

accueil
Mayenne > Daniel Lenoir (53) : “La Chambre a du mal à intégrer les idées nouvelles, comme celles de la bio”
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Mayenne - 20-12-2013 - Rémi Hagel

Daniel Lenoir (53) : “La Chambre a du mal à intégrer les idées nouvelles, comme celles de la bio”

CHAMP LIBRE

Daniel Lenoir est conseiller général du canton de Villaines-la-Juhel (Mayenne), et éleveur bio.

Daniel Lenoir est conseiller général du canton de Villaines-la-Juhel (Mayenne), et éleveur bio.

Daniel Lenoir est conseiller général du canton de Villaines-la-Juhel (Mayenne), et éleveur bio.


Le conseil général de la Mayenne a débattu sur l’existence de deux plateformes de commercialisation de produits locaux auprès des collectivités. Jean Arthuis s’inquiète de ce qu’il voit comme une forme de dissidence du Civam bio (lire p. 8). Bien qu’élu de la majorité, Daniel Lenoir, éleveur bio, réagit : “Il faut sortir de l’idée qu’il n’y a qu’une seule manière de développer l’agriculture. Il y a de l’innovation à côté de la Chambre. Ces pratiques sont développées par certains courants de pensée comme la bio, or la Chambre a du mal à intégrer ces idées-là.” 


Après la séance, il poursuit : “Je ne conteste pas que la chambre d’Agriculture soit l’interlocuteur privilégié du conseil général”, mais l’accusation envers les agriculteurs bio lui semble injuste. “Les agriculteurs bio ont été obligés de se débrouiller seuls pour faire évoluer leurs techniques. Si la Chambre s’en était préoccupée, il n’y aurait pas eu de Civam bio. Mais elle y est toujours allée contrainte et forcée. Sur les plateformes de commercialisation, ce sont les bio qui y sont allés en premier. Pourquoi les critiquer parce qu’ils s’organisent ? Ce débat me désole. L’agriculture biologique coûte peu en subventions, est bonne pour l’environnement, génère de l’emploi, plaît au consommateur. Et malgré cela, on a l’impression qu’elle est en accusation.” Il y voit surtout une position “des responsables professionnels agricoles, pas des agriculteurs en général. Je n’ai jamais eu de souci avec mes voisins”.


“Une dictature”


Daniel Lenoir a exercé comme technicien de la chambre d’Agriculture de la Mayenne entre 1984 et 1987. Cela ne l’empêche pas de considérer que “l’attitude de la Chambre est nettement améliorable. Si on appliquait le fonctionnement de la Chambre au conseil général, ce serait vécu comme une dictature. Ici, il y a un respect des minorités. Par ailleurs, dans ce débat, on confond minorité syndicale et pratique agricole. On a tendance à dire que la bio, c’est la Confédération paysanne. C’est faux.”


Rémi Hagel


Signaler un abus

Catégories : Bio

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services