• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > ETA et constructeurs font le point à Laval
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 13-12-2013 - Frédéric Gérard

ETA et constructeurs font le point à Laval

EVENEMENT

Le salon des ETA, qui s'est déroulé les 4 et 5 décembre en Mayenne, est toujours l'occasion de voir les nouveautés et de prendre le pouls d'un secteur d'activité révélateur du contexte agricole et rural.

Plus de 200 exposants étaient à Laval. Derrière la technologie, très séduisante, les visiteurs viennent aussi parler rentabilité.

Plus de 200 exposants étaient à Laval. Derrière la technologie, très séduisante, les visiteurs viennent aussi parler rentabilité.


A l'entrée du Parc-expo de Laval, quelques visiteurs s'engouffrent avec dans les mains, des pièces métalliques, des courroies et autres pièces d'articulation. Le Salon des ETA se veut avant tout un lieu d'échanges entre professionnels, entrepreneurs et constructeurs. Les uns expliquant aux autres ce qu'il faudrait adapter sur un de leur modèle. Ici, les utilisateurs ne se laissent pas uniquement charmer par les débits de chantier, ils observent les aspects liés la maintenance : cela renvoie di­rec­tement au temps passé non rentabilisé.


Chez Fendt, on l'a très bien compris. En se lançant sur le marché des ensileuses, le constructeur a voulu marquer des points d'entrée de jeu. Par exemple, l'éclateur de sa nouvelle Katana passe “en seulement 10 secondes” de la position maïs à la position herbe, grâce à un bouton hydraulique. Seuls quatre constructeurs se partageaient jusqu'ici ce marché très restreint (entre 300 et 350 ventes annuelles en France). Chacun observe donc les nouveautés présentées par les concurrents, dont certaines venues tout droit du salon incontournable du machinisme, Agritechnica. “Mais ici, les gens n'ont pas besoin de savoir parler anglais ou allemand”, note un commercial.


S'informer sur les réglementations

Les entrepreneurs viennent aussi parler de leurs problématiques, échanger sur les nouvelles réglementations. D'une région à l'autre, l'information ne circule pas toujours aussi vite. C'est ce qu'on peut constater sur le stand de la fédération des Entrepreneurs des territoires. Pour la certification phyto, par exemple, “en Pays-de-la-Loire, on a fait ce qu'il faut, explique Marie-Christine Lemaitre, présidente de EDT 53 et Freddy Bodin, l'animateur régional. On a engagé un chargé de mission pendant six mois pour informer les adhérents et les aider à remplir les dossiers.” 


A Laval, quelle surprise de constater donc que “des entrepreneurs (d'autres régions) n'étaient pas au courant” de cette nouvelle obligation, dont l'agrément, dans un premier temps, n'est valable que six mois.

“L'agrément phyto et le Certiphyto peuvent être des opportunités, souligne Jérôme Coulon­, un autre Mayennais. C'est un bonus en terme d'image. C'est aussi une garantie, vis-à-vis de leurs clients, de proposer un service de qualité.” Mais il faut rentabiliser la formation du personnel. Car, “comme toute formation, elle a un coût…”


Les charges en hausse


Fuel, métal, social : tout est en hausse, dans les entreprises. “Le matériel augmente de 10 000 euros par an.” Certains équipements ont donc pris entre 20 000 à 30 000  euros depuis le dernier salon des ETA, en 2011. A cela s'ajoute une année tardive, au niveau des récoltes, qui a contraint à maintenir une activité en continue, avec des travaux très resserrés. Ce qui a pesé sur les trésoreries.


Dernière édition à Laval

Laval est le meilleur emplacement, estiment les entrepreneurs mayennais. Géographiquement­, la ville se situe en effet au carrefour des lieux d'origine des visiteurs, dont 80 % environ viennent du très Grand Ouest. Mais le Parc-expo a été vendu et ne pourra plus accueillir ce type d'événement. Un sondage a donc été réalisé auprès des visiteurs et exposants. Trois villes sont proposées pour l'édition 2015 : Tours, Nantes et Le Mans, où se tenait le salon avant d'atterrir à Laval…


Frédéric Gérard


Signaler un abus

Catégories : Matériel Mayenne

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services