• Suivez-nous :

accueil
Maine-et-Loire > Les projets de méthanisation avancent en Maine-et-Loire
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Maine-et-Loire - 13-12-2013 - Antoine Humeau

Les projets de méthanisation avancent en Maine-et-Loire

ENERGIE

Plusieurs projets de méthanisation se concrétisent actuellement dans le département. Le chantier de construction pourrait même démarrer dès l'année prochaine pour certains d'entre eux. Mais la phase d'étude et d'instruction du dossier est longue, comme en ont témoigné des porteurs de projets, vendredi 6  décembre à Baugé.


Il y a dix ans, on ne comptait que deux unités de méthanisation dans le département : la station d'épuration de Cholet et l'entreprise Lacheteau à Doué-la-Fontaine. Depuis, la ville de Saumur s'est équipée, puis l'agglo d'Angers, entre autres. Et d'ici quelques années, on comptera une bonne quinzaine de méthaniseurs en Maine-et-Loire.


Désormais, les agriculteurs portent les projets. Thierry Lore a été le premier à se lancer, à Saint-Sigismond, il y a trois ans. D'autres lui ont emboîté le pas, mais pour des projets collectifs. A Doué-la-Fontaine, un projet est toujours à l'étude, le permis de construire vient d'être déposé. L'énergie produite pourrait être consommée par une entreprise agroalimentaire ou être valorisée en biométhane. Dans le Vihiersois, deux projets en sont au même stade : les permis de construire ont été déposés en 2012 pour les unités de Vihiers et de Montilliers, qui sont donc en phase d'instruction Installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). A Chemillé, le projet lancé par la communauté de communes a été repris par un groupe d'agriculteurs. C'est le seul méthaniseur dont la valorisation ne fera pas par cogénération mais par injection, c'est-à-dire qu'il produira du gaz qui sera ensuite injecté dans le réseau public. Le permis de construire doit être déposé très prochainement, et la construction pourrait démarrer en 2015.


Le projet de Saint-Georges-sur-Loire, le plus petit de tous, est aussi le plus avancé : le permis de construire vient tout juste d'être accordé, la construction devrait démarrer très prochainement. La chaleur produite permettra notamment d'alimenter un séchoir, construit spécialement pour assurer ce débouché chaleur, qui permet aux agriculteurs impliqués de créer une activité nouvelle, la production de plantes médicinales.


Lourdeurs administratives


Deux autres projets sont en cours dans le département, mais individuels cette fois, et portés par des industriels, c'est-à-dire non alimentés par des matières premières agricoles. L'énergie produite servira à chauffer des serres d'horticulteurs. Le premier, à Sainte-Gemmes-sur-Loire, est en phase d'étude de faisabilité, et celui de Saint-Lambert-des-Levées est en cours d'instruction. De plus, des agriculteurs s'interrogent, à Maulévrier sur l'opportunité de créer une unité de méthanisation. Ils sont au début de la réflexion.


Un projet de méthaniseur était aussi à l'étude à Montreuil-Bellay, mais semble avoir été abandonné (provisoirement en tout cas). S'il voit le jour, il sera au moins de la même taille que ceux de Chemillé et Vihiers, les plus gros projets actuels.


Impliquer la population


La construction d'un méthaniseur permet d'offrir des solutions globales à l'échelle d'un territoire : valorisation des effluents et nouvelles sources de revenus pour les agriculteurs, alimentation de chaudières de bâtiments publics etc. Mais le travail est long. “C'est quelque fois démoralisant”, témoigne Jean-Laurent Jubin, l'un des porteurs du projet de Saint-Georges. “On a commencé à parler de méthanisation en 2009, on a commencé à y croire en 2010 et c'est seulement aujourd'hui qu'on a le permis de construire.” La constitution d'un dossier est complexe et l'instruction est longue. Sans compter les éventuelles craintes de riverains ! “On a pas mal communiqué, raconte Christophe Piton, l'un des porteurs du projet de Chemillé. Il faut par exemple expliquer que les déchets des cantines ou les tontes de pelouse peuvent être incorporées, ce qui peut permettre d'impliquer la population”.


Antoine Humeau


Signaler un abus

Catégories : Energie

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services