• Suivez-nous :

accueil
Loire-Atlantique > Les maraîchers surfent encore 
sur la vague de leurs 500 ans
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Loire-Atlantique - 13-12-2013

Les maraîchers surfent encore 
sur la vague de leurs 500 ans

ASSEMBLEE GENERALE

Le succès des festivités ayant entouré cet anniversaire, dignement fêté fin août sous les nefs des Machines de l'Ile, est encore dans tous les esprits. Mais les préoccupations professionnelles n'ont pas disparu pour autant.

Une fois n'est pas coutume, le président Philippe Retière (au centre) s'est félicité du bon climat de travail existant entre la fédération et l'administration locale, représentée par Emmanuel Aubry (secrétaire général préfecture) et Pierre Papadopoulos (directeur adjoint DDTM).

Une fois n'est pas coutume, le président Philippe Retière (au centre) s'est félicité du bon climat de travail existant entre la fédération et l'administration locale, représentée par Emmanuel Aubry (secrétaire général préfecture) et Pierre Papadopoulos (directeur adjoint DDTM).


L'assemblée générale de la Fédération des maraîchers nantais, qui s'est tenue vendredi soir à Haute-Goulaine, est revenue sur le temps fort de l'année : les 500 ans du maraîchage nantais. Cinq mille heures de travail pour la préparation, une centaine de personnes toutes générations confondues mobilisées et entre 25 000 et 30 000 visiteurs.


Des élus égratignés…


C'est à cette occasion qu'a été signé le volet spécifique de la charte pour la prise en compte de l'agriculture dans l'aménagement du territoire, après deux ans de travaux, sous l'égide de la DDTM. “Je vous demande d'être vigilants quand votre commune révisera son PLU, car des maires qui ont signé le document semblent maintenant vouloir l'ignorer” a lancé Philippe Retière à ses collègues maraîchers. “On reste très vigilants vis-à-vis des documents d'urbanisme et des permis de construire. Intervenez en amont car après, c'est trop tard. Il s'agit de défendre le maraîchage partout où il est présent, à l'appui de ce document qui n'a pas d'aspect réglementaire mais qui aide à mieux comprendre notre activité.”


Dans son rapport moral, il a fustigé tous ceux qui s'en prennent à la profession, en empilant les contraintes ou en maniant le double discours. “Notre credo est le développement de nos entreprises pour créer de l'emploi. Alors qu'on ramène la valeur ajoutée de nos productions sur notre territoire et qu'on évolue dans un contexte concurrentiel, il y a beaucoup trop de donneurs de leçons et pas assez de créateurs de richesses, comme nous” martèle le président des maraîchers. “Deux mondes s'opposent : les méchants chefs d'entreprises qui exploitent leurs gentils salariés. Partout, des règles du jeu illisibles deviennent incompréhensibles. Nos équipes vous accompagnent et je tiens à saluer la grande motivation des adhérents.”


“Emploi : ne pas se faire déposséder de notre travail”


Concernant l'énergie, Jean-François Vinet a rappelé la place de leader du département pour le nombre de cogénérations. “On a actuellement 17 moteurs d'installés pour 40 mégawatts de puissance. Avec les projets en cours, notre parc va passer rapidement à 30 moteurs pour 72 mégawatts. Ce qui nous permet d'alimenter l'équivalent de 200 000 foyers, hors chauffage et eau chaude sanitaire." Les producteurs engagés dans la cogénération se sont regroupés pour acheter le gaz chez un seul opérateur. Montant du marché : 20 M€.


En matière d'emploi, les maraîchers nantais ne manquent jamais l'occasion de rappeler le rôle central de leurs entreprises qui, entre les serres, le plein champ et la logistique, emploient 3 000 CDI et 2 500 CDD, alors qu'ils n'occupent que 1 % de la surface agricole départementale. Avec Nantes Métropole, suite à la signature de la convention GRH, une cartographie exhaustive des métiers maraîchers a été réalisée : elle est riche de 553 compétences identifiées dans 33 métiers ! “Ce travail doit être validé auprès d'un panel d'entreprises et en 2014, il sera présenté à tous nos partenaires pré et post-emploi” a précisé Philippe Retière. “Mais attention : pas question de nous demander notre caution pour telle ou telle formation et de nous ignorer ensuite.”


Christian Evon


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services