• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Gaz vert : visite du premier site
 de production dans l’Ouest
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 13-12-2013 - Christian Evon

Gaz vert : visite du premier site
 de production dans l’Ouest

METHANISATION

En mars 2014, la première injection de gaz vert 100 % renouvelable circulera dans le réseau de gaz de Mortagne-sur-Sèvre (Vendée). Le premier site de production de biométhane dans l'Ouest, porté par quatre exploitations, cible 1  million de m3 de biogaz brut par an.

Une centaine d'invités (actionnaires, élus, représentants de GrDF et toutes les personnes ayant contribué au projet) ont découvert lundi matin le site de la SAS Agri Biométhane en faisant le tour des installations. L'inauguration est prévue en juin 2014.

Une centaine d'invités (actionnaires, élus, représentants de GrDF et toutes les personnes ayant contribué au projet) ont découvert lundi matin le site de la SAS Agri Biométhane en faisant le tour des installations. L'inauguration est prévue en juin 2014.


A cheval sur deux départements, ce projet innovant est porté par dix agriculteurs dont les quatre exploitations, situées à Mortagne-sur-Sèvre (Vendée) et Cholet (Maine-et-Loire), ne sont séparées que de 5 km. Ils se sont associés pour créer la SAS Agri Biométhane. “On a démarré la réflexion en 2009 et véritablement accéléré fin 2011, date à partir de laquelle on s'est réunis une fois par semaine” a expliqué le président de la société, Damien Roy. “Une première étude de préfaisabilité en cogénération s'étant avérée décevante, nous avons réfléchi à la valorisation sous forme de biométhane.”


L'autorisation d'exploiter, délivré par le préfet de la Vendée le 22  septembre dernier, les a fait basculer dans la phase de travaux. En mars  2014, les premiers mètres cubes de biométhane seront injectés dans le réseau collectif de la commune de Mortagne. L'investissement s'élève à 3,2  millions d'euros et bénéficie du soutien financier du conseil général de Vendée et de l'Ademe, à hauteur de 25 % chacun. Les dix associés sont actionnaires majoritaires de la SAS. Suez-Lyonnaise des Eaux et Terrena, qui ont créé la filiale Onova, ont aussi rejoint la société. “Onova est la première entreprise dédiée aux problématiques agricoles en matière d'eau et d'environnement” explique son directeur, Rémi Casalis.


Le site Agri Biométhane sera alimenté aux deux tiers par les effluents des quatre élevages (lisiers de porcs, fumiers et lisiers de bovins), soit environ 15 000  m3 par an. Le tiers restant sera constitué des sous-produits agroalimentaires provenant d'entreprises environnantes : graisses de poulets et biscuiteries. “Une fois dans le digesteur, ces déchets se transforment en quelques semaines en biogaz et en digestat, un fertilisant organique qui sera épandu sur les cultures” explique Jacky Bonnin, gérant du bureau d'étude Astrade, qui assure la maîtrise d'ouvrage du projet. “Après épuration, le biogaz devient du biométhane injectable dans le réseau de distribution de gaz naturel.”


Aucune nuisance olfactive


“Cela représente en volume 21 000 tonnes/an, soit 57 t/jour à raison de trois à quatre livraisons pour moitié en citernes et pour moitié en bennes fermées et remorques” poursuit Jacky Bonnin. “Les produits sont réceptionnés à l'intérieur d'un bâtiment fermé, sauf les graisses solides qui sont séparées. Les citernes, qui viendront livrer les lisiers sur le site, repartiront avec le digestat vers les trois autres exploitations pour ne pas circuler à vide. Les agitateurs sont des moteurs immergés et tout le process, y compris la ventilation, est logé à l'intérieur du bâtiment.”


Après pré-traitement puis filtration sur charbon actif, le biogaz est séparé pour donner du biométhane. L'exploitant pourra en injecter 65 m3 par heure dans le réseau collectif, 365 jours par an. Le contrat porte sur 15 ans au tarif de rachat suivant : 12,5 centimes d'euro/m3. “Appelé gaz vert, il permet les mêmes usages que le gaz naturel et on est chargés de l'acheminer jusqu'à nos clients via le réseau existant, propriété des collectivités locales” précise Jean-François Cerles, le directeur territorial de GrDF Ouest. Quatre autres projets existent en Pays de la Loire et à l'horizon 2030, l'objectif est d'atteindre 14 à 17 % de gaz 100 % renouvelable d'origine agricole et distribué aux foyers français, et plus de 50 % en 2050.


Christian Evon



Signaler un abus
Partaher par mail

Les photos

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services