• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > France > La Coordination rurale accueille 
le ministre sur les côtes bretonnes
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

France - 13-12-2013 - Frédéric Gérard

La Coordination rurale accueille 
le ministre sur les côtes bretonnes

SYNDICALISME ////

La CR a tenu le XXe congrès de son histoire, à Saint-Malo. En terre bretonne, et en présence du ministre, le syndicat a voulu réaffirmer ses positions. Calculant entre 500 et 600 participants.

Bernard Lannes a été réélu à la présidence de la CR. L’agriculteur gersois souligne que l’état-major de son syndicat compte désormais “plus d’éleveurs que de céréaliers”.

Bernard Lannes a été réélu à la présidence de la CR. L’agriculteur gersois souligne que l’état-major de son syndicat compte désormais “plus d’éleveurs que de céréaliers”.


A Saint-Malo, la Coordination rurale a reçu “pour la deuxième fois depuis sa création”, en 1991, le ministre de l’Agriculture. Fraîchement réélu, le président Bernard Lannes a salué cette présence. “Stéphane Le Foll a montré qu’il était le ministre de tous les agriculteurs.” La CR voit des signes similaires, dans la Loi d’avenir. Une avancée vers plus de “démocratie au sein des coopératives et des interprofessions”. Le syndicat perçoit aussi les GIEE (1) comme “un premier pas en faveur de la libéralisation du commerce des céréales”.


Bernard Lannes relativise toutefois à propos d’un texte qui entre en consultation chez les parlementaires. “Depuis Jean Glavany [en 2000], c’est la cinquième loi pour l’agriculture. Le problème, c’est que la loi d’Avenir de Le Foll se télescope avec les réglementations européennes. Cela fait beaucoup de bruit pour l’instant, mais on attend de voir ce qui sera finalement voté.”


“Une prime, un amortisseur en cas de crise”


La CR n’est pas persuadée que le ministre la suive sur un découplage des aides, sans obligation de signer des contrats. “Sinon, de manière indirecte, ces aides iront progressivement à l’aval.” Quant à l’aide à la vache laitière, “pourquoi pas ?” lâche Bernard Lannes. “Mais une prime n’est qu’un amortisseur en cas de crise. Ce n’est pas ça qui va compenser les hausses de coûts de production. Il faut au minimum 350 euros/1 000 litres, avant rémunération de l’éleveur !”


Cheval de bataille de la CR, et sujet à polémique dans la région, les nitrates étaient au centre de ce congrès breton. “Les phosphates, c’est pire pour le développement des algues vertes”, entend-on. Stéphane Le Foll a, lui, bien pris soin de ne pas trop aborder les sujets environnementaux. Et a préféré vanter le salon du sans labour, co-organisé par la CR, dont il rapproche les techniques avec l’agroécologie qu’il promeut. Le ministre s’est ensuite rendu chez Goëmar, spécialisé dans les nouvelles technologies. Avant d’annoncer que les solutions de biocontrôle (à base de bactéries, champignons, plantes, etc.) feraient l’objet d’une “exemption d’agrément” afin de favoriser les expérimentations innovantes en plein champs et “la capitalisation de connaissances”.


Frédéric Gérard



Signaler un abus

Catégories : syndicalisme

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services