• Suivez-nous :

accueil
Maine-et-Loire > La méthanisation, une solution agricole pour le Chemillois
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Maine-et-Loire - 29-11-2013 - Antoine Humeau

La méthanisation, une solution agricole pour le Chemillois

ENERGIE

Une quarantaine d'agriculteurs de la communauté de communes de Chemillé portent un projet de méthanisation. Une solution pour optimiser localement le retour au sol des excédents, et qui permettra de produire du gaz et l'injecter dans le réseau. Le projet sera présenté lors d'une soirée consacrée à la méthanisation à Baugé, vendredi 6 décembre.

Vue d'architecte du projet Energic Méthanisation. L'unité de Chemillé, qui sera construite près de l'usine Isover et de l'hypermarché Leclerc, ne tratera que des effluents.

Vue d'architecte du projet Energic Méthanisation. L'unité de Chemillé, qui sera construite près de l'usine Isover et de l'hypermarché Leclerc, ne tratera que des effluents.


A l'origine, il y a cinq ans, ce sont les élus locaux qui portaient le projet. Souvent à la pointe sur les énergies renouvelables, la communauté de communes avait déjà développé l'éolien sur son territoire et soutenu la création d'une filière bois énergie. Objectif initial : épandre les déchets des stations d'épuration. Mais techniquement, c'était compliqué. Alors ils ont mobilisé des agriculteurs, qui ont repris le flambeau, épaulés notamment par la chambre d'Agriculture. 


Le méthaniseur qui sera construit d'ici 2016 ne recevra aucune boue de station d'épuration, ni de déchets d'entreprises agroalimentaires. “Ce qui nous intéresse c'est de résoudre une problématique agricole”, explique Christophe Piton, maire de La Chapelle-Rousselin et lui-même agriculteur. “Ce qu'on veut, c'est pouvoir épandre.” L'unité de méthanisation n'accueillera que des effluents d'élevage, 40 000 tonnes au total chaque année. Pas question non plus d'y mettre du maïs, “la méthanisation ce n'est pas pour intensifier l'agriculture mais pour la garder sur le territoire” martèle l'élu local.


Régler les problèmes d'épandage


La plupart des agriculteurs sont excédentaires en azote, phosphore et potasse, et sont actuellement obligés d'exporter l'azote excédentaire organique, tout en achetant de l'ammonitrate. Un dispositif de séparation de phase permettra de récupérer le maximum d'azote en concentrant le digestat liquide grâce à un phénomène d'évapo-concentration. Au lieu d'épandre de l'ammonitrate sur les céréales en sortie d'hiver, les agriculteurs pourront épandre ce digestat liquide (solution azotée). La partie restante, épurée, pourra servir pour de l'irrigation par exemple. Quant à la partie solide, elle pourra retourner sur les exploitations ou être exportée, peut-être vers le Douessin. “On va régler les problèmes d'épandage tout en produisant de l'énergie”, se réjouit Christophe Piton.


L’énergie produite sera exclusivement du gaz, puisque le système par injection a été préféré à celui de la cogénération. Le méthane, après traitement et désodorisation, sera directement injecté dans le réseau de gaz de ville, à raison de 200  m3/heure.


7,5  millions d'euros


Mais alimenter le méthaniseur ne se fait pas n'importe comment. La ration doit être équilibrée, tout dérèglement d'intrant peut provoquer des dysfonctionnements. Or, ici, il y aura quarante sources d'approvisionnement. Une sorte de cuve, à l'entrée du méthaniseur, permettra donc de pré-mélanger les effluents apportés afin d'avoir une ration plus homogène et régulière. Mais il faudra être rigoureux et régulier pour l'apport de matière : plusieurs fois par semaine par exemple pour les éleveurs de vaches laitières, qui devront sans doute être équipés de conteneurs, sur leurs exploitations.


Le permis de construire doit être déposé dans les prochaines semaines et la construction est prévue en 2015. Une société a été créée, Energic méthanisation, réunissant les apporteurs (agriculteurs) et les développeurs (Methaneo et Valorem). Coût total de l'investissement : huit millions d'euros. La production énergétique annuelle sera équivalente à celle de trois éoliennes. Les agriculteurs, rémunérés sur les bénéfices (vente de gaz) devront sans doute attendre un peu avant de rentrer dans leurs frais et gagner de l'argent.


Antoine Humeau


Soirée débat méthanisation

La chambre d’Agriculture organise une soirée débat sur la méthanisation vendredi 6 décembre au centre René-d’Anjou à Baugé à 20h. Présentation par Sébastien Bordereau, chargé de mission énergie à la Chambre, projection de film sur l’unité Tiper de Thouars, table ronde avec la participation d’un représentant des Agriculteurs méthaniseurs de France, de Jean-Laurent Jubin, porteur du projet de méthaniseur de Saint-Georges-sur-Loire et de Christophe Piton, agriculteur et élu (méthaniseur de Chemillé).

Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services