• Suivez-nous :

accueil
Sarthe > La Confédération paysanne invite au débat
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Sarthe - 22-11-2013

La Confédération paysanne invite au débat

La Confédération paysanne 72 lance un cycle “rencontres en agriculture” avec l'idée d'ouvrir le débat à l'ensemble des agriculteurs par-delà leur appartenance syndicale.

Eric Cailhau, porte-parole de la Confédération paysanne, tenait à réunir des agriculteurs de différentes tendances pour discuter ensemble des sujets importants. Aussi avait-il invité personnellement ses voisins, représentants connus de la FDSEA comme Pascal Clément ou Sylvain Barantin, président du GDA local. Ils étaient présents avec d'autres responsables sans étiquette ou de la Confédération paysanne, ainsi que la député Marietta Karamanli qui avait accepté le débat avec les agriculteurs sur le problème des nitrates. La question a été abordée sous l'angle de la qualité des eaux du bassin de l'Huisne puis sous celui des conséquences de la nouvelle réglementation pour les agriculteurs qui passent en zone vulnérable.La qualité des rivières

L'Huisne est très surveillée car c'est elle qui alimente la population du Mans en eau potable. “L'eau est considérée comme bonne même si elle est quand même traitée sur charbon actif par sécurité” considère Vincent Toreau, animateur du Sage de l'Huisne. Mais la définition de la bonne qualité des rivières prend également en compte l'habitat. Et l'habitat est considéré comme bon lorsqu'un certain nombre d'espèces animales s'y développent. “Or sur ce point, nous avons une station d'évaluation qui est mal située dans la ville du Mans. Elle nous défavorise pour des raisons indépendantes de la qualité de la rivière en amont. Il faut faire changer cela.” Plus généralement, l'extension de la zone vulnérable apparaît comme injuste parce qu'elle ne tient aucun compte des réalités du terrain. D'ailleurs, “on lance le 5e programme d'action alors que le bilan du 4e programme n'est pas fait” remarque Eric Cailhau.


Désaccord à l’unanimité contre les nouvelles règles

Lorsqu'on aborde l'impact concret dans les exploitations, des nouvelles réglementations nitrates, Sylvain Barantin estime que “compte tenu du passage en zone vulnérable et des restrictions de période d'épandage, je suis obligé d'augmenter mes capacités de stockage d'effluents. Ce sont des investissements lourds et forcément non rentables pour lesquels je ne toucherai aucune aide -ce qui est injuste par rapport à ceux qui ont été concernés par la première zone vulnérable.” Au fil de la discussion, tout le monde était d'accord pour reconnaître que si la qualité de l'eau est une préoccupation légitime, l'empilement de réglementations de plus en plus compliquées n'est pas la bonne solution. Même unanimité pour dénoncer la nouvelle réglementation lorsqu'elle estime qu'à troupeau égal, les élevages laitiers hors sol polluent moins que les élevages à l'herbe. Les questions ne sont pas résolues mais le débat aura permis de montrer que sur des questions difficiles, il est possible d'échanger et de s'enrichir de la réflexion des autres. Et pour Eric Cailhau, c'était l'intention principale.

Signaler un abus

Catégories : syndicalisme Sarthe

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services