• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > Sur quels chemins les jeunes 
de Sodiaal veulent-ils s’engager ?
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 22-11-2013 - Frédéric Gérard

Sur quels chemins les jeunes 
de Sodiaal veulent-ils s’engager ?

Quels laitiers demain ?

“Faire preuve d’optimisme et de lucidité.” Tel est le message que Sodiaal veut adresser à ses éleveurs pour leur construire un avenir serein. Mais qu’en pensent les jeunes, qui représentent l’avenir de la filière?

Que souhaitent les jeunes adhérents Sodiaal? De la lisibilité. Mais pas toujours avec les mêmes cadres; des divergences peuvent émerger entre régions.

Que souhaitent les jeunes adhérents Sodiaal? De la lisibilité. Mais pas toujours avec les mêmes cadres; des divergences peuvent émerger entre régions.


Prévenir plutôt que guérir. Autrement dit, évaluer les objectifs de ses producteurs pour éviter d’aller dans le mur. C’est ce que Sodiaal tente de faire. En 2011, une première enquête auprès de ses producteurs avait permis à la coopérative d’estimer leurs intentions pour l’après-quotas dans chaque région de France. Environ 5% des adhérents de moins de 55 ans indiquaient leur intention d’arrêter le lait. Par ailleurs, 55% des producteurs ne pensaient pas devoir augmenter leur production. Cependant, ces réponses étaient plus mitigées dans le Grand-Ouest. Ce qui montre la disparité de vues, entre régions, voire même entre départements, quand les politiques historiques locales s’en mêlent.


Des jeunes “d’horizons divers”


Depuis, la coopérative est devenue la première entreprise de collecte laitière en France, et joue au coude à coude avec Lactalis (plus de 5 milliards de litres de lait collectés chacune). Les enjeux industriels ont donc pris d’autres proportions, alors que 2015 se rapproche. Sodiaal a donc voulu sonder les jeunes adérents, connaître leurs besoins, leurs inquiétudes, leurs visions depuis leurs exploitations. Car demain, ce ne sont plus vers les services de l’Etat, en l’occurrence les DDT, que les éleveurs enverront leurs demandes de rallonges de quotas, par exemple: ils les enverront directement à leur laiterie qui répondra favorablement ou non, selon les objectifs du groupe.


Dans chaque région, des groupes d’échanges ont été mis en place. Avant débriefing et décisions au siège, à Paris. Il s’agit de jeunes éleveurs “d’horizons divers”. Ils ont ainsi posé des problématiques personnelles ou inhérentes aux spécificités de chaque bassin de collecte. Des discussions entre eux, encadrées toutefois par la présence de directeurs locaux. “Si je suis installé en Gaec avec mes parents mais que demain, je souhaite réduire la production de l’exploitation à leur départ en retraite, est-ce possible? Selon quels critères seront jugées des rallonges de quotas? Quels types d’aides pourront être proposés aux jeunes éleveurs? Une relation est-elle cessible, et si oui, comment? A qui appartiendra réellement la référence laitière?”


Le contenu de ces échanges a été envoyé au siège, où les dirigeants de la première coopérative laitière de France doivent trancher. Le président de Sodiaal Union Ouest, Didier Loiseau espère que cela sera fait début 2014, afin que les réunions d’hiver permettent de présenter les orientations prises, à quelques semaines de la dernière campagne administrée.


Frédéric Gérard


Signaler un abus

MOTS CLés : Sodiaal / lait / jeune /

Catégories : Lait

Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services