• Suivez-nous :

accueil
Actualité-Politique > Pays de la Loire > Les filières locales demandent plus de céréales bio
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Pays de la Loire - 22-11-2013 - Christophe Zapata

Les filières locales demandent plus de céréales bio

PRODUCTION CEREALIERE

Des lycéens de Sarthe et de Maine-et-Loire ont constitué l'essentiel des participants à la journée de formation en production de céréales bio.

Des lycéens de Sarthe et de Maine-et-Loire ont constitué l'essentiel des participants à la journée de formation en production de céréales bio.


Le Gab 72 organise chaque année des journées de formation. La première s’adressait aux agriculteurs intéressés par la conversion en bio pour la production de céréales. Elle s’est déroulée à Courcemont chez Hervé Dugué, pratiquant lui-même de longue date. Les besoins sont considérables. Benoît Drouin, représentant les Fermiers de Loué, a présenté le contrat “Grain de terroir bio” destiné à sécuriser les producteurs locaux pour l'approvisionnement de l'usine d'aliments bio Ufab en Ille-et-Villaine. “La cohérence commande de ne pas aller chercher trop loin ce qui peut être produit sur place.” Pourtant, il manque environ un tiers de l'approvisionnement nécessaire pour les 75 éleveurs de la filière bio de Loué. La conjoncture n'est évidemment pas favorable en ce moment mais “la Cafel apporte une aide à la conversion aux producteurs qui s'engagent avec son contrat 'grain de terroir bio”.


Une attitude avant tout


Pour Hervé Dugué, l'agriculture biologique est une attitude autant qu'une activité économique. Il se souvient d'avoir vendu du blé bio moins cher que du blé conventionnel mais il considère comme un avantage la stabilité du prix dans la filière bio. Premier à se lancer dans l'électricité photovoltaïque sur le toit de ses bâtiments d'élevage, il utilise aujourd'hui une voiture électrique. “La voiture est au même prix que le diesel mais les batteries sont louées au constructeur (Renault) qui s'engage à les remplacer lorsqu'elles perdent plus de 15 % de capacité de charge.” Et aujourd'hui, Hervé Dugué travaille avec ses voisins sur un projet de petit méthaniseur mobile avec stockage du gaz pour chauffer, le moment venu, les bâtiments d'élevage des volailles. “Actuellement, la matière première méthanogène est excédentaire par rapport à nos besoins en chauffage.” Et la neutralisation des graines d'adventices lors de la méthanisation des fumiers sera un autre précieux avantage pour la production des céréales bio.


Christophe Zapata


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services