• Suivez-nous :

accueil
Élevages > Bovins lait > “La principale voie de réduction des antibiotiques” se joue 
sur les mammites au tarissement
Mon panier :
0 article(s)

50 n° par an

METEO

Pub Rectangulaire défaut
A+
A-

Bovins lait - 22-11-2013 - Rémi Hagel

“La principale voie de réduction des antibiotiques” se joue 
sur les mammites au tarissement

Lait : des clés pour demain


Faut-il encore traiter systématiquement avec des produits antibiotiques au moment du tarissement ? Aujourd'hui, des stratégies alternatives se sont développées. En fait, le traitement des mammites au tarissement représente “la principale voie de réduction des antibiotiques en élevage laitier” indiquait Nathalie Bareille, d'Oniris/Inra, lors d'une conférence au dernier Space. On peut réduire jusqu'à 60% les doses de traitement, sans conséquence en lactation. “Le traitement est toujours nécessaire, mais l'usage sélectif est possible”.


Traitement sélectif


Mais cela ne se réalise pas en un claquement de doigts. La question des mammites est complexe et multicritères. Pour commencer, l'éleveur doit pouvoir situer son troupeau. Quel est son niveau sanitaire ? Pour cela, il doit déterminer le niveau d'infection mammaire du troupeau au tarissement et la fréquence d'infection chez les vaches à tarir. Dans un second temps, il faudra évaluer le risque de nouvelles infections au cours de la période tarie en l'absence de traitement préventif. Cela passe par le croisement d'évaluation à partir des résultats des périodes taries antérieures et par celle des facteurs de risque d'infection pendant la période tarie (liés à la conduite du troupeau et au logement).


L’intérêt de l’obturateur


A partir de là, l'éleveur pourra définir si le troupeau se situe dans un risque faible, moyen ou élevé au tarissement, et en période tarie. Et alors, définir une stratégie. Mais dans tous les cas, les chercheurs notent que “le traitement antibiotique sélectif est toujours possible”, en l'accompagnant de l'utilisation d'un obturateur. “Les antibiotiques couvrent 20 à 40 jours, donc ne vont pas jusqu'au vêlage, tandis que l'obturateur couvre toute la période” rappelle Nathalie Bareille.


Rémi Hagel


Signaler un abus
Partaher par mail

RÉAGISSEZ

Vous devez etre identifié pour réagir à cette élément.

Si vous n'avez pas de compte vous pouvez vous inscrire ici

Adresse mail :
Mot de passe :
VALIDER
Pub Carré défaut
Innovations Performances Services